Le 92 devrait être plus humain et plus vert

EHPAD : rares et chers

Suzanne[i], 80 ans, nous raconte ses démarches pour placer son mari, malade d’Alzheimer, dans un EHPAD (établissement d’hébergement de personnes âgées dépendantes).

Image menu aides financieres

Il y a 6 ou 7 ans, la maladie d’Alzheimer de mon mari s’est aggravée. Avec ma fille, j’ai commencé à chercher un EHPAD pour lui. Le CCAS d’Antony m’avait donné une liste et on a aussi cherché sur Internet, on a repéré plusieurs établissements mais ils n’avaient pas de places disponibles, je l’ai inscrit en liste d’attente. Deux ans après, j’ai été hospitalisée pendant plusieurs mois. Ma fille a dû alors chercher en urgence une place pour son père, le dossier administratif a été compliqué à faire. On aurait bien voulu qu’il aille à X [commune du 92[ii]], l’EHPAD est public et moins cher mais il n’y avait pas de place. Il y avait bien de la place dans un établissement privé à Y  [commune du 92] mais c’était trop cher ; à Z [commune du 91] aussi, il y avait de la place mais ils ne pouvaient pas prendre des résidents trop sévères. A W [commune du 94] une place s’est libérée et ma fille l’a prise. C’était un établissement public, c’était pratique en transports en commun, mais comme on était du 92 et pas du 94 la prise en charge de l’APA (allocation personnalisée d’autonomie) a été plus faible. Entre l’APA, la retraite de mon mari, ma contribution et celle de notre fille, il a fallu quand même hypothéquer notre maison. Mon mari est mort il y a un an et je dois maintenant rembourser le département.

Nos propositions pour que ça cesse :

  • Création d’un EHPAD public dans le sud des Hauts-de-Seine
  • Restauration des services publics de proximité

[i] Le prénom a été modifié

[ii] Les noms des communes ne sont pas mentionnés par discrétion