Le 92 devrait être plus humain et plus vert

Un camping dans le 92 ?

Un terrain de camping dans les Hauts-de-Seine : pourquoi, comment ?

La France est la première destination touristique du monde, Paris est le point focal des touristes étrangers en France et des Français des autres régions. Toutefois, l’offre d’hébergement y est essentiellement représentée par des hôtels et des locations. La ville de Paris ne comporte qu’un seul terrain de camping dans le bois de Boulogne et les autres campings franciliens sont assez éloignés des attractions de la capitale (Maisons-Laffitte, Champigny-sur-Marne, Versailles). Pourtant, la plupart des métropoles européennes offrent plusieurs possibilités d’hébergement de campeurs dans la ville-centre ou à proximité immédiate. Mais aucune installation de camping n’existe aujourd’hui sur le territoire des Hauts-de-Seine.

Notre département comporte deux grands parcs, proches des axes routiers et des transports en commun, au sein desquels l’aménagement d’un terrain de camping d’une cinquantaine d’emplacements pour tentes, soit moins d’un hectare, pourrait être étudié. Le Parc de Sceaux, à proximité du RER B et de l’A86, pourrait ainsi être envisagé, soit côté Grenouillère, soit sur la plaine de la Patte d’oie. Le parc des Chanteraines à Gennevilliers, proche de l’A86 et à 20 minutes de la gare Saint-Lazare par le RER C serait une autre option.

Ce terrain serait géré en régie directe et ouvert quelques mois par an. Dans la mesure où il y a aujourd’hui évidemment une demande pour un tourisme écologiquement vertueux, avec des déplacements en train ou en vélo et des hébergements en plein air, ce camping accueillerait la clientèle touristique habituelle familiale et individuelle. Il contribuerait ainsi à la diversification des possibilités d’hébergement touristique de la métropole et inciterait certainement les campeurs à visiter aussi le patrimoine de proximité (bien sûr le parc de Sceaux mais aussi la maison de Chateaubriand, la roseraie de l’Haÿ, la vallée de Chevreuse…). Cela pourrait aussi faciliter l’hébergement ponctuel de familles de Franciliens venus visiter leur parentèle et n’ayant pas forcément le budget pour l’hôtel. Si la ville d’implantation décidait la création d’une taxe de séjour d’un niveau modeste, elle y trouverait aussi une recette.

Et vous, qu’en pensez-vous ? Donnez votre avis sur la page Contact !

2014 camping lapequiniere laboissieredudore 44 hpa 2